Faut-il encore y croire ?

Publié le par Je veux être maîtresse

Voilà...c'est passé...

 

Que dire ?

 

On est tous un peu pessimistes dans des moments pareils.

Mais il y a des fois où on aurait aimé que ça se passe autrement...c'est mon cas.

 

Jamais je n'aurais cru vivre un tel moment.

 

Je crois que j'étais bien loin de m'imaginer à quel point j'étais psychologiquement affaiblie le 3

 

 et 4 Mai malgré tout l'optimisme que je m'efforçais de faire voir.

 

Je n'ai pas été à la hauteur...

 

Paniquée, stressée, tremblante, en larmes...Et ces 2000 personnes qui sont là pour la même chose que moi...

Je n'ai pas tenu le coup.

 

Pourtant j'en étais capable.

Les sujets étaient faisables...du moins beaucoup plus abordables que ceux proposés en concours blancs à l'IUFM.

Je pense n'avoir pas trop mal réussi le français...Cela aurait pu être pareil en maths si je n'avais pas été prise d'une crise de panique.

Le sujet était trés long, j'ai mal géré mon temps et j'ai bloqué bêtement sur un exercice...bref! épreuve non terminée je suis notée sur 12...

Quant à l'histoire-géo, nous sommes tombés sur la résistance entre 1940 et 1945, ce qui est hors programme...sans parler de corpus sur les axes de communication en France que nous avions à peine abordé en cours.

 

Donc voilà: bilan plus que mitigé. Je n'ai pas assuré.

Je ne pense pas être admissible, même si je suis presque sûre d'avoir réussi le peu que j'ai fait.

 

Je croyais que l'abondance de connaissance allait être le facteur déterminant de ce concours.

Malheureusement, j'avais oublié qu'une grande part de gestion personnelle rentrait en jeu. Notamment le stress et le manque de confiance en soi qui sont mes deux points noirs.

Ils auront eu raison de mon travail.

 

Certains me diront que je m'avoue vaincue alors que je n'ai pas eu les résultats.

C'est vrai.

 

Mais au fond de moi je sais...

 

Je sais que ma défaillance me coûtera cher et qu'elle anéantira cette année de sacrifices et de travail.

 

J'accuse le coup et tente de me justifier au prés de certains de mes professeurs qui y croyaient encore plus que moi..."Céline: que s'est-il passé ? je ne comprends pas..."

Que répondre ? Que répondre à ceux qui ont cru en vous..? A ceux qui restent encore persuadés que mon nom figurera dans cette liste...Mais moi je sais au fond que je n'y serai pas...

 

En attendant, je dois quand même travailler les oraux au cas où...au moins jusqu'au 30 mai 18h...

 

No comment...

 

Parc des expos: CRPE Toulouse 2007

(des tables à perte de vue, et encore vous ne voyez pas tout. Il y a en tout 4157 places ! )

 

Publié dans Années IUFM

Commenter cet article