Somewhere over the rainbow...

Publié le par Je veux être maîtresse

Chers lecteurs,

 

ce nouveau billet pour une nouvelle aventure...Une nouvelle page qui s'écrit dans le livre de ma vie d'enseignante.

Après une rentrée de janvier morose et avec le moral dans les chaussettes, la chance m'a de nouveau souri.

 

Le lundi 4 janvier, mon cartable à la main, la remplaçante que je suis, est envoyée dans une école non loin de la maternelle où j'officiais il y a peu (cf billets précédents...) 15 jours dans une classe de CE1, fort sympathique.

Alors que je faisais le service dans la cour de récréation, j'aperçois, une des enseignantes de l'école...avec un ventre très très arrondi

Tiens ! ça sent le congé maternité tout ça ! Mais bon, je ne me fais pas trop d'illusions, je ne suis pas la seule brigade du secteur (nous sommes une vingtaine) et je suppose que l'inspection a déjà prévu quelqu'un pour la remplacer. Et pour cause, elle partait la semaine suivante.

Quelques jours plus tard, je débarque en salle des maîtres pour faire des photocopies. Et là, tout le monde se tait quand je rentre. Hum ! hum !

C'est alors que la directrice de l'école s'adresse à moi: " Dis, tu ne serais pas intéressée par hasard, par une classe de CM2 ?"

Mon sang ne fit qu'un tour ! Bon, le CM2 est une classe difficile, il y a beaucoup de préparations à la maison, de corrections, puis ce sont quasiment des pré-ados...Mais, si ce n'est pas maintenant ?? Si je ne me jette pas à l'eau aujourd'hui ?? C'est l'occasion ou jamais !

" Oh oui !" c'est tout ce que je suis arrivée à répondre.

"Ce serait vraiment bien que ce soit toi, je vais appeler l'inspection pour leur dire que tu es motivée alors!"

C'est le coeur rempli d'espoir que j'ai attendu jusqu'à la fin de la semaine...Et voilà ! la bonne nouvelle est tombée, je prends la classe de CM2 jusqu'à la fin de l'année scolaire.

 

Le 18 janvier, j'ai posé mon cartable dans cette classe jaune et rose qui allait être désormais la mienne.

Les élèves ont été interloqués...Ils ne savaient pas que leur maîtresse allait partir. Oui, elle a pris son congé sans leur dire. Sur le coup, quand je me suis présentée, ils ont été très supris. Mais au final, le premier contact avec ces 27 âmes de 11/12 ans est fort bien passé.

La première semaine a été consacrée à la passation des évaluations nationales. J'ai pu prendre mes marques tout doucement.

Nous avons appris à nous connaître...Mes collègues m'ont souhaité "bon courage" ou m'ont donné des conseils du style "Surtout ne leur souris pas ! Reste sévère, ne laisse rien passer !"

Mais à quoi bon jouer un rôle ? A quoi bon vouloir se faire passer pour quelqu'un que l'on n'est pas ?

Je n'ai jamais voulu que ma classe soit une zone de non-droit...Cette classe, bien que cosmopolite (milieu très populaire et origines diverses: turcs, magrhébins, gitans, congolais, arméniens et j'en passe) n'a pas besoin de ça.

J'ai découvert 27 élèves respectueux, dynamiques et travailleurs...Chaque leçon est le point de départ d'un questionnement réfléchi; chaque jour nous avançons ensemble dans des conditions que je souhaiterais à n'importe quel enseignant.

Certes, il y a des difficultés (beaucoup de leurs parents ne maîtrisent pas le français, certains sont arrivés en France il y a peu).

Certes, ils sont parfois un peu pénibles (ils sont à l'orée de l'adolescence), mais n'est-ce pas la règle du jeu ? Si tous nos élèves étaient parfaits, nous n'existerions pas !

Puis, n'oublions pas que nous aussi nous avons été des écoliers...il n'y a pas si longtemps que ça

 

 

Publié dans Billets d'humeur

Commenter cet article