Travailler en ateliers au CP

Publié le par Je veux être maîtresse

EDIT: nouvel article sur les ateliers plus abouti que celui-ci ! Cliquez sur le lien ci-dessous!

http://jeveuxetremaitresse.over-blog.com/2016/03/travailler-en-ateliers-en-elementaire.html

 

Bonjour à tous !

 

Ceci étant mon premier billet de l’année, j’en profite pour vous souhaiter une merveilleuse année 2013, que vous soyez enseignants, parents, étudiants ou simple curieux ;)

 

Comme promis, je reprends du service sur mon blog après un petite période d’absence. Depuis septembre, j’enchaînais les changements de classes et d’écoles. Mais depuis janvier, j’ai récupéré une classe de CP que je garde jusqu’à la fin de l’année !

Et comme à chaque fois que j’ai un remplacement long, j’en profite pour tester ma grande pédagogie (petit clin d’œil à certains collègues qui se reconnaîtront s’ils passent par ici.)

 

Aujourd’hui, j’ai donc décidé de vous parler du travail en atelier au CP. Ce sujet fera l’objet d’un autre billet pour tirer les conclusions de ce dispositif…

 

L’organisation en atelier : quèsaco ?

 

Travailler en atelier, c’est permettre aux élèves d’apprendre en petits groupes. Ainsi la classe est divisée en plusieurs groupes qui font des activités différentes : en autonomie ou de façon dirigée. On retrouve ce dispositif en maternelle, mais il peut aussi être mis en place en élémentaire.

 

Pourquoi ?

 

Ok, j’avoue, organiser sa classe de cette façon n’est pas aisé (j’y reviendrai dans le prochain point) Mais malgré tout, le bénéfice pour les élèves n’est pas négligeable :

-          Lien avec la grande-section pour les CP (qui avaient l’habitude de travailler ainsi quand ils étaient en maternelle.)

-          Possibilité de travailler en groupe et de favoriser les échanges entre pairs.

-          Meilleure gestion de la différenciation, surtout la différenciation simultanée (différenciation simultanée : faire travailler les groupes sur des choses complètement différentes en fonction de leurs besoins.)

-          Développement de l’autonomie puisque l’enseignant n’est plus avec le groupe classe entier mais seulement avec un ou deux groupes.

 

 

Comment ?

 

Alors là il faut faire le deuil des tables disposées face au tableau en mode frontal. Je sais, c’est dur ! On va donc mettre en place des « îlots », il s’agit de regroupements de plusieurs tables : par 3, 4 ou 5. Dans ma classe, j’ai fait des îlots de 5 élèves en faisant bien attention qu’ils n’aient pas à trop tourner la tête pour voir le tableau.

 

Je vous entends d’ici et je perçois votre inquiétude : des îlots de 5 avec des petits CP qui sont aussi bavards que des pies ?! Effectivement, je vous déconseille cette organisation si vous êtes en charge d’une classe difficile…Mais si vous avez des élèves lambdas (bavards comme des enfants de 6 ans en pleine santé), vous pouvez tenter l’expérience. Personnellement, j’ai toujours été agréablement surprise, car quand on réfléchi bien à l’élaboration des îlots (qui seront vos futurs groupes de travail), les élèves les plus agités peuvent être facilement neutralisés par des élèves plus sages. Un pénible, cerné par quatre petits anges, ne fait pas long feu ! Testé et approuvé !

 

L’exemple de ma classe :

 

Pour former les groupes de travail, une bonne connaissance de ses élèves est indispensable. C’est pour cela qu’il est préférable d’attendre et de laisser passer une ou deux périodes.

Pour ma part, j’ai essayé de diviser ma classe en 3 niveaux : les bons élèves autonomes, les élèves moyens, les élèves en difficultés. Bon ok, jusque là rien de nouveau !

Les « bons » élèves n’ont pas besoin de moi, ils sont lecteurs et très autonomes. Les élèves moyens sont des élèves presque lecteurs et les élèves en difficultés sont des enfants peu autonomes avec du retard pour certains, ne lisant que les sons simples et qui ont un suivi en dehors de la classe (orthophonie, CMPP etc…)

J’ai donc fait 4 îlots en mélangeant les « bons » et les « moyens » (îlots 2, 3, 4, 5) et nous avons instauré un système de tutorat entre les élèves lecteurs et ceux qui ne le sont pas encore tout à fait (aide dans la lecture des consignes, explications et du coup métacognition !! Tout le monde y trouve son compte.) Pendant ce temps, moi je suis avec l’îlot des élèves en grande difficulté (îlot 1.)

 

 

Quelle différenciation ?

 

Prenons un exemple concret de différenciation successive : une séance de productions d’écrit !

Le support est le livre de lecture du moment : Zékéyé (méthode Ribambelle qu’on ne présente plus.)

Il s’agit de s’initier à la production d’écrit à visée documentaire. L’objectif est de rédiger les légendes et explications de photos montrant des scènes de vie africaines.

Ilots 2, 3, 4, 5 : les élèves lecteurs sont laissés en autonomie, ils ont pour consigne d’écrire une légende et des explications succinctes de ce qu’ils voient. Ils disposent d’un référentiel de mots (« mes outils pour écrire ») ; les élèves moyens sont en semi-autonomie, ils m’ont dit au préalable ce qu’ils voulaient écrire, je les ai aidés avec un étayage en amont sur l’ardoise. Ils mettront au propre seuls, avec l’aide d’un tuteur si besoin.

Ilot 1 : activité dirigée avec l’enseignante. Les élèves doivent trouver une légende pour chaque photo à l’oral. La conception de cette dernière est faite avec moi  (mots à remettre dans l’ordre en collectif puis écriture sur le cahier.)

 

On travaille la même compétence mais avec des moyens et des charges de travail différents.

Une fois leur travail terminé, si je n’ai pas fini avec l’îlot 1, les élèves doivent prendre leur « pochette de travail en autonomie » (là aussi exercices différenciés en fonction des besoins) et attendre que je sois disponible pour un retour en classe entière.

 

Exemple de différenciation simultanée : une remédiation en numération.

Le mardi après-midi, nous faisons ateliers de jeux mathématiques. Les jeux portent sur des compétences différentes : certains de mes élèves savent déjà compter jusqu’à 100 et calculent très bien, quand d’autres ont encore du mal avec la comptine numérique et l’écriture des nombres jusqu’à 30 !

Chaque groupe aura donc un jeu permettant de travailler la compétence qui pose problème, ainsi les élèves avancent à leur rythme (ce qui suppose une progression adaptée…)

Exemple :

Ilot 1 : jeu de l’oie jusqu’à 30

Ilot 2 : dominos des compléments à 10

Ilot 3 : loto des additions

Ilot 4 : loto des soustractions

Ilot 5 : bataille

Les séances de jeux mathématiques sont reconduites sur plusieurs semaines pendant lesquelles les élèves vont constater (ou pas) leur progrès avant de passer à un autre jeu.

 

Les limites de cette organisation :

 

-          Beaucoup de préparation pour l’enseignant quand on a la volonté d’adapter l’enseignement à tous les élèves (progressions adaptées, rotation entre les groupes bien rodée, différenciation du travail en autonomie pour que chaque élève puisse progresser sans trop mobiliser mon aide…)

-          Rendre les élèves autonomes du mieux qu’on peut.

-          Impression de laisser de côté une grande partie de la classe au profit de ceux qui ont trop de difficultés (JADIS,  ces derniers étaient pris en charge par le RASED…espèce d’enseignants aujourd’hui disparue.)

-          Mise en place des ilots difficile si la classe est trop petite (ça prend beaucoup de place.)

 

 

 

Voilà un mois que je tente d’organiser ma classe en ateliers. Pour le moment je suis plutôt satisfaite. Mais je ferai un bilan un peu plus tard dans l’année pour aller plus loin dans cette réflexion !

 

To be continued…

Pédagogiquement vôtre...!

 

 

 988x688 1910beddb5fca865a34c731774c3dc38fbc5567e

  Robert Doinseau, La libellule, 1956

 

Publié dans Gestion de classe

Commenter cet article

marie 14/03/2015 11:49

Merci pour ces explications c'est exactement ce que je souhaite mettre en place. mais comment fais tu pour faire ton emploi du temps, avoir des idées de jeux , d'activités ...J'attends ton nouvel article

Sophie 05/03/2015 19:04

Bonjour, actuellement étudiante en Licence 3 de Sciences de l’Education à l’Université Lumière Lyon II afin de devenir professeur des écoles, je m’intéresse aux différences de niveaux au sein des classes de CP. J’ai donc choisi ce thème pour mon mémoire de L3 et espère que vous me serez d’une grande aide afin de trouver les réponses à mes questions.
Ce questionnaire (d’une durée moyenne de 3 minutes) restera bien sûr anonyme et les réponses seront traitées dans un cadre universitaire.
Je vous remercie d'avance pour votre aide (très précieuse!)

Voici le lien pour répondre au questionnaire:

http://fr.ze-questionnaire.com/repondre.php?s=32863&d=SP6itwixojcx

computer help 25/11/2014 08:27

Oh wow! This is great news. I’m so glad to know that the math games sessions have been finally renewed. This is indeed a great approach. I’m sure this is going to provide a lot opportunity for the youngsters.

Calculatrice 06/04/2013 18:17

Merci pour toutes ces infos !