Fin de la 1ère période: bilan !

Publié le par Je veux être maîtresse

Bonjour à tous !

 

Les vacances de la Toussaint sont arrivées et cette arrivée sonne la fin de la 1ère période de l'année scolaire 2008-2009.

A l'heure où mes collègues et amis font le point sur leur avancement dans les programmes, je ne peux, hélas, que comptabiliser le nombre de remplacements effecutés depuis le début de l'année.

Je totalise 15 journées de remplacement depuis le 4 septembre...Souvent des missions d'une seule journée (le remplacement le plus long que j'ai eu a duré 3 jours).

Certes, le métier de remplaçant offre des avantages (on voit tous les niveaux, on est "mieux" payés que les autres car on a des indemnités de déplacement)...Mais je dois avouer que le fait de ne pas avoir MA classe me pèse un peu.

 

Je suis d'une part fatiguée de toute cette route (110 km par jour en moyenne), et une fois sur le terrain toute mon énergie est pompée par des détails organisationnels: retenir chaque jour des prénoms différents, chercher sans arrêt le matériel, m'adapter à un emploi du temps qui n'est pas le mien pour ne pas perturber les élèves...et j'en passe.

Et à la fin de la journée, je rentre chez moi avec une certaine amertume...J'ai l'impression de "bricoler"...oui !

Le remplaçant bricole: il essaye de faire ce qu'il peut avec les moyens dont il dispose. Pas de projets, peu de relations avec les élèves (on en voit tous les jours des différents), pas vraiment d'attache même si je suis toujours accueillie à bras ouvert dans les écoles où je suis déjà passée.

Même si le tableau n'est pas tout noir, je dois dire que le statut de remplaçant ne convient pas trop à ma personnalité.

 

Alors je m'accroche à cet espoir de remplacement long dont je parlais dans mon dernier billet. Normalement, ce congé maternité en petite section débute en décembre...peut-être fin novembre mais rien n'est sûr pour le moment.

Comme c'est dans la ville de mon école de rattachement, c'est moi qui aurai le poste si tout va bien....En gros, il ne faut pas qu'entre-temps un collègue se soit cassé la jambe   J'espère que ce poste ne me passera pas sous le nez car je suis ultra motivée ! Avoir une classe au moins jusqu'en avril est une opportunité qui m'enthousiasme vraiment.

Il ne me reste plus qu'à attendre et à espérer

 

A bientôt avec de bonnes nouvelles...je le souhaite !

 

Publié dans Billets d'humeur

Commenter cet article